Arts et ERE

 

Nous vivons dans un monde globalisé au sein duquel les personnes, les sociétés et les écosystèmes sont interreliés et interdépendants. Sur une planète qui semble désormais trop petite et où les inégalités menacent comme jamais la solidarité et la cohésion sociale, l’humanité est confrontée en ce début de XXIe siècle à des défis qui appellent une difficile redéfinition de nos rapports d’altérité.

L’éducation relative à l’environnement (ERE) peut devenir la clé de voûte d’un projet éducatif orienté vers l’apprentissage du vivre ensemble, car elle concerne la reconstruction du réseau des relations personne-société-environnement à l’échelle individuelle, communautaire et biosphérique. Malgré le foisonnement des pratiques et des réflexions théoriques qui cohabitent au sein du mouvement de l’ERE, la dimension artistique s’y trouve étonnamment peu exploitée.

L’esthétique est pourtant reconnue comme l’un des principaux modes d’appréhension du réel et, à travers le jeu des formes, des mouvements, des couleurs, des mots ou des sons, les artistes donnent à connaître, à réfléchir et à comprendre. Leurs œuvres, fréquemment ancrées dans des préoccupations écologiques, sociales ou politiques, offrent des opportunités éducatives signifiantes en contexte d’éducation formelle ou non formelle.

Alors que les approches rationnelles peinent à mobiliser les populations, d’aucuns pensent qu’un enrichissement du rapport sensible à l’environnement pourrait jouer un rôle significatif dans le processus de transformation sociale auquel l’humanité est conviée. L’histoire de l’art, toutes disciplines confondues, en fournit de nombreux exemples.

Cette demi-journée d’étude organisée par le Centr’ERE de l’UQAM dans le cadre des 50 ans du Rapport Rioux et des 20 ans de la revue Éducation relative à l’environnement : Regards – recherche – réflexions. Des chercheurs réunis pour l’occasion aborderont différentes questions émergeant du maillage Art et ERE. Quels rôles les arts et l’éducation artistique peuvent-ils jouer dans une stratégie globale d’éducation relative à l’environnement ? Comment pourrait s’articuler une réelle intégration des visées de l’éducation artistique et de l’ERE ? Quelles formes prennent les interventions de type Art-ERE en contexte d’éducation formelle ou non formelle ?

La journée se conclura par le lancement du numéro thématique L’Art et l’Éducation relative à l’environnement de la revue Éducation relative à l’environnement : Regards – recherche – réflexions (vol 14, no 1) sous la direction de Vincent Bouchard-Valentine, professeur à la Faculté des Arts de l’Université du Québec à Montréal et Lucie Sauvé, directrice du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté.

 Suivez-nous sur Facebook pour connaître la date et les détails de cette journée : https://www.facebook.com/rapportrioux/