Conférences publiques

La formation artistique dans le miroir des politiques culturelles québécoises

Jeudi 21 mars 2019, 19h

Auditorium de la Grande Bibliothèque
Biliothèque et Archives nationales du Québec
475, Boul de Maisonneuve Est, Montréal, 

La création artistique est l’antidote suprême à l’émiettement, à l’aliénation de la personnalité […] L’activité artistique rassemble les pouvoirs de l’homme et produit un sens qui dépasse tous les codes imposés par les besoins et les pseudo-besoins de la vie d’aujourd’hui. (Rioux, 1990, p. 244)

C’est ainsi que Marcel Rioux présentait en 1990, dans son ouvrage Un peuple dans le siècle, la vision qui l’avait animé au moment de la Commission d’enquête sur l’enseignement des arts dans la province de Québec dont le rapport sera déposé en août 1968. Renouant, cinquante ans après, le fil de ce vaste questionnement sur la formation artistique, la perspective de Rioux nous ramène ainsi à la question essentielle de la place de l’art et de la culture dans la société, qui est aussi celle de savoir comment l’individu s’inscrit dans un rapport créatif à son monde et à son devenir. Observateur passionné de la société québécoise depuis plus de trente ans, René-Daniel Dubois n’a eu de cesse d’explorer ces questions, en tant qu’auteur, comédien et intellectuel. Il propose, dans le cadre des activités entourant les 50 ans du Rapport Rioux, une réflexion sous forme de dialogue dans laquelle il retrace à son tour son parcours dans ce qui est peut-être un « autre siècle » que celui qu’a connu Rioux mais où la formation artistique recouvre des enjeux philosophiques, politiques et institutionnels tout aussi cruciaux. Cette conférence sera aussi l’occasion pour lui de porter un regard critique sur les orientations et désorientations de l’intervention de l’État québécois en matière culturelle.

René-Daniel Dubois est un auteur dramatique, traducteur, romancier, acteur, metteur en scène et pédagogue. Formé à l’École nationale de théâtre du Canada, il met en scène son premier texte dramatique, Panique à Longueuil, au café-théâtre Nelligan en février 1980. Suivront plus d’une dizaine d’œuvres créées à la scène, mais également des romans (Porte d’entrée, 2013), des essais (Morceaux, 2009, finaliste au Prix du Gouverneur général), et de nombreuses contributions pour la radio, la télé et le cinéma. En 2006, le cinéaste Jean-Claude Coulbois lui consacre un documentaire, un sur mille, dans lequel René-Daniel Dubois se révèle un intellectuel engagé, polémiste et créateur impénitent. À titre de comédien, il a incarné une vingtaine de rôles au théâtre, au cinéma et à la télévision. Par ailleurs, on lui doit entre autres les mises en scène de Les Guerriers de Michel Garneau (Espace Go, 1997), du Roi se meurt de Ionesco (Espace Go, 1999) et de Kean de J-P. Sartre (TNM, 2002).

 


Le Collectif Tapiskwan :
La création comme trait d’union entre les cultures, les générations et les disciplines

Jeudi 15 novembre 2018, 19h

Auditorium Maxwell-Cummings
Musée des beaux-arts de Montréal
1379-A, rue Sherbrooke Ouest
Pavillon Michal et Renata Hornstein

Depuis 2011, des artisans de la communauté autochtone de la Nation Atikamekw Nehirowisiw et des designers de l’École de design de l’Université de Montréal travaillent ensemble afin d’imaginer des processus de création innovants qui soutiennent la transmission et valorisent le patrimoine culturel atikamekw. C’est de cette collaboration que sont issus les ateliers Tapiskwan, qui s’appuient sur une approche pédagogique interculturelle, intergénérationnelle, et interdisciplinaire. Des jeunes atikamekw sont ainsi guidés par des aînés, des artistes et artisans, des designers, des entrepreneurs, et des experts culturels afin de créer de nouveaux produits inspirés par leur patrimoine. Ces produits,  bien sûr, mais aussi les apprentissages qui ont lieu tout au long des ateliers, font la fierté des participants et des formateurs. Cette conférence portera sur l’histoire du Collectif Tapiskwan, et proposera des pistes de réflexion sur les traits d’union qui peuvent être générés par ce type de collaboration.

Eruoma Awashish est une artiste multidisciplinaire. Elle a grandi dans la communauté atikamekw d’Opitciwan. Après l’obtention de son baccalauréat en art interdisciplinaire à l’Université du Québec à Chicoutimi, Eruoma s’est installée à Roberval, au Lac Saint-Jean, où elle crée des œuvres alliant tradition et modernité.
Solen Roth est anthropologue et chargée de cours à l’École de design de l’Université de Montréal. Elle est spécialiste du marché de l’art autochtone au Canada et des questions de protection du patrimoine et de propriété intellectuelle autochtone. Elle travaille au sein du projet Tapiskwan depuis 2015.